De l’art de se rendre à McLeod Ganj (Himachal Pradesh, Inde).

  • Tweet
  • Tweet

Avec mon Californien, on n’est pas très forts pour faire des choix. Du coup, après des jours et des jours de discussion et après avoir énuméré tous les endroits situés dans un rayon de 15h de trajet maximum autour de Delhi (quand on a du mal à faire des choix, c’est mieux d’être flexible), on a décidé d’aller à McLeod Ganj (ou Dharamsala), à 12h de bus, même si lui et moi y étions déjà allés (oui, oui, pas très logique cette histoire). C’est sur cette crête, à 1700mètres d’altitude au pied de l’Himalaya que le gouvernement tibétain en exil a trouvé refuge. La ville est un joyeux mélange de moines bouddhistes,  tibétains en exil, indiens locaux ou venus profiter de la manne touristique, familles punjabi en week-end et voyageurs occidentaux.
(Vous pouvez passer directement aux bonnes adresses à la fin de cet article)

bus en Inde

12h au fond du bus

La matin du départ, on a décidé de réserver nos billets de bus – même si on est plus adeptes du « je me pointe à la gare routière et on verra bien ce qui arrive ». Comme ma banque faisait, encore une fois, montre d’illogisme et de stupidité, le Californien a du s’atteler à la dure tâche de la réservation sur internet, sur le site ô combien moderne des transports publics de l’Himachal Pradesh.

On est tous les deux au courant (du moins je pensais que lui aussi l’était) que dans les transports indiens, mieux vaut éviter la dernière rangée au fond du bus (à moins que vous ne souhaitiez vous transformer en passager-sauteur et passer le trajet à vous cogner la tête au plafond) mais le Californien s’est toute fois montré plein d’ardeur et a décidé de me faire une petite blague en réservant deux sièges… dans la rangée du fond. Sûrement une réminiscence du temps où il était un adolescent cool et qu’il choisissait donc systématiquement les sièges du fond, summum de la coolitude. (En vrai je suis mauvaise langue, il s’avérerait qu’il n’a pas vraiment eu le choix au moment de la réservation.) Quand il m’a annoncé nos numéros de sièges, tout d’un coup, bizarrement, je n’ai plus vraiment eu envie de partir. Mais bon, voyager en Inde ça demande du courage donc on s’est quand même pointés à la gare routière, prêts à passer une nuit affreuse, mais sûrs au moins d’arriver à destination le lendemain matin.

Vue sur McLeod Ganj 2

Vue sur McLeod Ganj, la destination en question.

Qui ne tente rien n’a rien (particulièrement vrai en Inde)

Heureusement, grâce à ma merveilleuse intervention (en toute modestie) au guichet numéro 7 des bus en partance pour l’Himachal Pradesh, on a réussit à obtenir les deux meilleurs places du bus : sièges numéro 2 et siège numéro 3, pour être exacte. Pour être honnête, je ne sais pas vraiment comment ça s’est passé, mais en Inde rien n’est impossible, il faut toujours tenter ! J’ai montré nos billets à un petit mec qui a commencé à secouer la tête en disant « oulalala, oulalala » en voyant qu’on avait les sièges 31 et 32. On m’a ensuite redirigé vers un autre gentleman qui a regardé nos billets, et qui m’a dit d’attendre. J’ai attendu, coincé entre 15 personnes qui comme moi tentaient d’obtenir une faveur des monsieurs derrière la grille, et 15 minutes plus tard j’ai vu réapparaître nos billets avec les numéros 2 et 3 écrits à côté de 31 et 32 barrés. Hourra !

Bon, croyez moi, ce n’est pas pour autant qu’on a passé une bonne nuit, mais au moins on était à l’avant du bus, on avait de la place pour nos jambes et on pouvait voir la route.
Au retour, on a quand même décidé de payer 100Roupies de plus pour avoir le privilège de passer 12h dans un bus un peu plus luxueux, qui certes était un peu puant et pas de première jeunesse mais dont les sièges avaient un dossier un peu rembourré épousant la forme du dos ET inclinable (oui oui !). Et comble du luxe : un espace démesuré pour les jambes – on s’est d’ailleurs presque sentis mal en se disant qu’ils auraient pu intégrer 4-5 rangés de sièges en plus s’ils avaient réduit un peu l’espace entre les sièges. Finalement, on n’a pas davantage dormi qu’à l’aller mais la sensation de confort valait largement le petit investissement supplémentaire… (Voir à la fin de l’article pour plus d’info pratiques)

De l’intérêt du trajet en bus de nuit

Une fois arrivés à McLeod Ganj, après plus de 12h de trajet inconfortable et une nuit blanche, on avait qu’une envie : trouver rapidement un hôtel et DORMIR. Malheureusement pour nous, c’était le week-end de Holi et il se trouve que McLeod Ganj semble être une destination prisée par les familles Punjabi en vacances… A cela s’ajoute un nombre incroyable de pseudo hippies occidentaux venus se perdre au milieu des moines tibétains (bouh, je suis mauvaise langue). Et donc, avec tout ce petit monde, les hôtels sont vite complets. Bon, 3h plus tard on a finalement trouvé une chambre (un peu chère mais hôtel très sympa (notamment la terrasse) : Kunga Guest House) et on a dormi, beaucoup, ce qui d’ailleurs m’a fait me questionner sur l’intérêt des trajets en bus de nuit : On dit que c’est cool, que ça économise une nuit d’hôtel et qu’on ne perd pas une journée dans les transports, mais après une nuit blanche, perso, je me retrouve à dormir presque toute la journée (ou à être de mauvaise humeur et n’avoir envie de rien faire), ce qui finalement ne me fait guère économiser du temps. Vous en pensez quoi ?

____________________________

Quelques photos :

Vue sur McLeod Ganj

Himachal Pradesh

Himachal Pradesh 2

Ce jour-là la prière est dédiée à deux moines tibétains qui se sont immolés par le feu la veille. En attendant, le Californien tombe amoureux...

Ce jour-là la prière est dédiée à deux moines tibétains qui se sont immolés par le feu la veille. En attendant, le Californien tombe amoureux…

Free Tibet

____________________________

Pour récapituler, si vous décidez de vous rendre à McLeod Ganj, voici quelques conseils :

Pour se rendre à McLeod Ganj :

1. ISBT Bus Station à Kashmiri Gate, section Himachal Pradesh, il y a bus toutes les heures pour Dharamsala (environ 450Rs), d’où vous pourrez prendre un autre bus pour McLeod Ganj (1/2h, 10Rs)
2. Majnu Ka Tila, le quartier tibétain au nord de Delhi (sation de métro Vidan Sabah) : Bus un peu plus confortables, 600Rs. Le mieux est de s’y rendre en fin d’après-midi pour prendre un bus de nuit. (Pour être honnête, en adepte des transports publics ce n’est pas ma solution préférée mais quand on n’a pas beaucoup de temps pour voyager ça permet de ne pas gâcher une journée…)

Pour dormir à McLeod Ganj :
- Kunga Guest House, chambres de 300Rs (salle de bain à partager) à 700Rs+ (confort basique mais grandes chambres et salle de bain individuelle). Terrasse très sympa pour le petit déjeuner !

Pour manger à McLeod Ganj :
- Tibetan Kitchen. Pour moi c’est le meilleur restau tibétain de McLeod Ganj ! Ils ont aussi de DELICIEUX ice tea (essayez lemon ou black berry ice tea), le service est super rapide et le personnel très sympa.
- Common Ground Café. Gros coup de coeur pour ce “non-profit restaurant” qui sert des plats tibétains délicieux (et des desserts super bons) mais qui sert aussi de lieu de dialogue et d’échange entre les cultures chinoise et tibétaine. Le lieu est super cosy et on y croise aussi bien des moines tibétains que des touristes.
- Jimmy’s Italian Kitchen. Bon ok, c’est dommage de manger italien en Inde mais si vous en avez marre des Momos ou autre Tupka, ils font de très bonnes pâtes (sans parler des desserts) !

S’il pleut à McLeod Ganj :
- Il y a un petit cinéma qui passe 4-5 films par jour – du film classique sur le Tibet (7 ans au Tibet) à la dernière comédie américaine (This is 40). C’est 200Rs, un peu cher, mais s’il pleut c’est bien une des seules choses à faire…

 

9 commentaires

  • Antoine dit :

    Génial! Merci pour ce billet, j’adore cet endroit et ton histoire a fait renare les souvenirs du voyage, que mon cerveau avait essayé d’oublier… Un petit article sur le Thangka, la peinture sacrée tibétaine http://holidaybackpack.com/fr/lart-sacre-du-thangka-dharamsala/
    Encore merci!

    • venividivoyage dit :

      Salut Antoine, j’avais déjà vu ton article, très sympa. D’ailleurs je crois que j’ai visité ce petit atelier aussi quand j’y étais.

      Bon, bah je suis heureuse de t’avoir rappelé ces chaleureuses heures de bus jusqu’à McLeod Ganj ;)

  • NowMadNow dit :

    C’est grâce à TravelPlugin que je découvre ton blog, le blog d’une expatriée en Inde voilà qui attise ma curiosité!
    Je n’ai passé que cinq semaines en Inde mais quel choc. Je reviendrai par ici pour apprendre davantage sur un pays qui ne laisse personne indifférent.

    NowMadNow

    • venividivoyage dit :

      Merci pour ton commentaire ! De mon côté je vais essayer d’aller trouver les récits de ton voyage en Inde sur ton blog, ça m’intéresse pas mal de voir comment d’autres personnes « ressentent » le pays.

  • Piotr dit :

    Je pense que tout dépend des bus, du trajet, de ta place, des boules quies, de la petite couverture que tu prendra avec toi, de l’ oreille gonflable ET de la place pour les jambes pour les un peu trop grand (comme moi)

    mais en général, sauf bus luxueux, on n’ économise pas grand chose car une journée de perdu…
    Dernier article de Piotr : Made in china : visiter ou s’expratrier en Chine, préparation.My Profile

    • venividivoyage dit :

      Tellement de critères pour passer une nuit agréable en bus, je doute qu’ils soient souvent tous réunis ! Donc oui, à moins d’avoir très peu de temps pour voyager et de savoir comment tenir le coup après une nuit blanche, le bus de nuit c’est finalement pas vraiment un bon plan…

  • charlotte dit :

    super article et super écriture, je suis ton blog depuis car j’ai une envie d’aller en Inde, j’ai connu ton blog via travelplugin.
    charlotte

  • Juliette dit :

    C’est vrai que les bus indiens ne valent pas les perpetuelles aventures de la classe sleeper en train! Tout juste revenue de Dharamsala ce matin, j’en aurai quand meme de bien bonnes a te raconter sur ces 24h de trajet en bus en un week-end….

Laisser un commentaire

CommentLuv badge